Rien ne se perd…

Les biens précieux ne sont pas toujours ceux auxquels nous pensons.
Pour servir à la gravure, les plaques de cuivre doivent être bien planes, et cette qualité requiert un savoir faire particulier, réservé aux dinandiers. De ce fait, une plaque de cuivre destinée à la taille-douce coûte cher. Elle est utilisée au maximum, aussi longtemps qu’il est possible de la passer sous presse sans écraser les tailles. Il est ensuite possible d’utiliser son verso pour de nouvelles tailles. Plus rarement ce revers va recevoir une peinture à l’huile.
Ainsi en fut-il de cette toute petite plaque gravée ornée, de l’autre côté et tête-bêche, d’un portrait de Rose de Lima, la première sainte du Nouveau Monde.

Comment dater cet objet émouvant et curieux ?
Rose de Lima (1586-1617) fut béatifiée en 1668 et canonisée en 1671. Il est raisonnable de penser que la plaque fut peinte dans la seconde moitié du XVIIe siècle, pour célébrer la nouvelle sainte.
La partie gravée figure une Vierge à l’Enfant. Elle comporte quelques lignes d’une dédicace, des armoiries, un nom de lieu et deux initiales.
La dédicace est adressée à Jeronimo Osorio. Il y en eut deux, l’oncle et le neveu. L’oncle (1506-1580), né à Lisbonne, fut un humaniste talentueux et un théologien. Il devint évêque de Silves, s’exila ensuite à Rome avant de revenir vivre ses derniers mois au Portugal. Les armoiries sur le cuivre sont celles de sa famille (Osorio da Fonseca) mais elles ne portent pas de chapeau épiscopal. Est-ce  à  dire  que  la  plaque  date  de  ses  années  d’études  en  théologie  à Bologne ? Ou bien la plaque a-t-elle été dédiée à son neveu et biographe, sur qui aucun renseignement précis n’a été trouvé ?
La plaque a été incisée à Rome. Les initiales C S sont sans doute celles de l’artiste mais à qui correspondent-elles ? La plaque est-elle restée à Rome ? Y a-t-elle été peinte ou bien avait-elle migré vers le Portugal avant sa nouvelle utilisation ?
Autant de petites énigmes qui n’ont pas encore trouvé de réponse.
Le petit format de la plaque pourrait correspondre à celui d’un frontispice d’ouvrage dédié à Jeronimo Osorio. En latin, le donateur se nomme Rochus Gironus. Sur lui non plus, aucune information n’a été collectée.

En dépit de ces questionnements, il reste une peinture de dévotion à l’égard de Rose de Lima, tertiaire dominicaine, et un côté gravé que le regard ne cesse de scruter tant l’esprit aimerait y déceler d’autres indications.
Rien ne se perd… sauf la mémoire des objets… et des personnes !

A Lima, dans la collection Barbosa-Stern se trouve également une plaque de cuivre gravée réemployée pour une peinture. Objet exceptionnel dont seule la partie incisée a fait l’objet d’études en raison de son thème prisé par les historiens : la catéchisation des incas par les jésuites. Pour les lecteurs maîtrisant l’espagnol, vous pouvez en lire une présentation par ce lien. Le recto peint ne suscite guère de commentaires. Pour notre propos, il est cependant intéressant puisque saint Dominique y est figuré en compagnie de saint François d’Assise, vénérant la Vierge Marie et l’Enfant Jésus. Les détails peu visibles associent saint François à la prédication aux oiseaux (présents dans le bas, en arrière-plan). D’autre part, tout autour de la Vierge sont disposés des symboles des litanies de la Vierge. Saurez-vous les reconnaître ?

Notes :
Première plaque : 13, 5 x 10 cm. Collection particulière.
Plaque de Lima : 47 x 31 cm. Pérou, Lima, Collection Barbosa-Stern.
Publicités
Cet article a été publié dans Curiosités, Estampes, Peintures, XVIIe siècle. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s