Effeuiller les feuillées

feuillee-titus-carmelFaut-il égrener le temps en années civiles quand les évènements créent dans nos vies des espaces qui se jouent des calendriers ?

Tantôt heures, parfois décennies, les scansions échappent au comptage et leur irrégularité crée l’unicité de ce qui nous est propre.

Vie échappée, qui se joue des séries, art que recueillent les mots de Gérard Titus-Carmel, artiste et poète à qui l’abbaye de Saint-Riquier vient de consacrer une exposition. En point d’orgue, ses écrits sur l’art viennent d’être réédités.

Effeuiller ses feuillets sont un pur bonheur et je ne peux que vous souhaiter de les découvrir tout au long des jours de ce que nous appelons la nouvelle année.

Gérard Titus-Carmel, Au Vif de la peinture, à l’ombre des mots, Strasbourg, L’Atelier contemporain ; François-Marie Deyrolle éditeur, 2016.

Image :
Trois lithographies de 2003 de la série « Feuillée », 76 x 56 cm.
Publicités
Cet article a été publié dans Estampes, Peintures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s